Preaload Image

Utiliser la typographie comme matière première.

En 2018, Maxime Teruel m’a confié la réalisation de son identité graphique pour sa nouvelle activité professionnelle d’architecte d’intérieur.

Ce projet est placé sous le signe de l’expérimentation et de l’exploration alors allons-y c’est parti, let’s Rock !

Cet article de blog a pour but de vous dévoiler partiellement les coulisses de ce projet.

Derrière ce titre énigmatique se cache ma réflexion sur le métier de graphiste. À l’heure où n’importe qui peut produire avec ou sans succès des images en utilisant des logiciels professionnels, le graphisme, dans ses multiples voix, ses multiples tendances, ses différents acteurs, ne finirai pas par être devenu “commun à tous” ? Alors comment être “singulier”, “unique” et “original” ? Chacun à sa propre recette pour répondre à ses questions. Il me semble intéressant de partager avec vous ma recette.

J’envisage la typographie comme une matière première. Une matière qui évolue en fonction du projet. J’ai créé la Mirza Sans dans le but d’obtenir une police de caractère la plus neutre possible de façon à pouvoir la “customiser” par la suite Et c’est chose fait avec le projet de Maxime Teruel.

Envisageons le graphisme comme un Lego où la plus petite pièce est une lettre de l’alphabet, je peux lui donner une couleur, la “graisser” ou encore lui ajouter des empattements (la Mirza Sans n’en possède pas) etc je lui donne du style. Cette pièce je l’ai créé, rendant ainsi ce projet forcément unique. Autrement dit, un graphiste qui débute ses projets avec une police de caractère existante sera plus commun. Il aura choisit une police de caractère peut être par gain de temps ou encore par faute de compétences en création typographique.

Maxime Teruel m’a contacté justement pour mes compétences de typographe et de plasticien. Il cherche à avoir un logo unique qui associerai les deux champs de création.

une surface délimité : un espace du possible

Délimiter un espace avec deux lettres “x”

Outre une première étape de recherche qui consistait uniquement a joué sur les formes de lettres au détriment du sens, c’est sur la deuxième étape de recherche que je vais m’attarder.

La lettre x est un élément visuel très intéressant. En effet, le x stylisé en croix géométrique est semblable aux traits de coupes d’un support papier. Pour rappel, Maxime travaille en tant qu’architecte d’intérieur, il travaille “l’espace” d’une pièce. L’espace d’une feuille est semblable à l’espace d’une pièce, c’est un lieu en devenir, une surface utilisable pour un graphiste et pour un architecte. Le prénom et le nom deviennent un logo puis un élément d’un motif complexe.

 Justement cette complexité nuit à la lisibilité du logo. La piste a été stoppé.

Le logo devient motif. La composition est déséquilibré, manque d’aération et forme un bloc trop compact pour pouvoir en faire un logo harmonieux.

espace positif, espace négatif

Retrouvez moi aussi sur :

Uberfont, c'est quoi ?

Uberfont est un projet créatif qui touche deux disciplines : le graphisme et la typographie.

Ce projet est mené par Mickaël Popowycz.

Uberfont a pour ambition de vous proposer des polices de caractères originales et décomplexées. C’est à travers le champ de l’expérimentation de dessin de caractère typographique qu’Uberfont cherche à se démarquer.

Uberfont, c'est où ?

comment me contacter ?

Portfolio Typographique Uberfont – 2020 ©